Accueil du site > VENT DU SUD > Qui suis-je ? La bio d’une marseillaise et régionale de convictions

 


Qui suis-je ? La bio d’une marseillaise et régionale de convictions


Fatima Jaldou, épouse Orsatelli, 44 ans, est mariée et mère de 3 enfants. Je vis à Marseille, 12ème arrondissement. Mon mari est d’immigration corse à Marseille, quartier de la Belle de mai d’avant la première guerre ; moi de l’immigration marocaine par ma famille qui est venue s’installer fin des années soixante.

J’ai grandi dans un petit village du Vaucluse à Caderousse. Jean Moulin s’est caché dans l’école de mon village à plusieurs reprises. J’ai toujours pensé que ma maîtresse était amoureuse de Monsieur Moulin ; ça tombe bien, mon mari aussi, intarissable sur ce héros de la France éternelle. Ma famille a ensuite déménagé ; ma maman ne voulait plus habiter dans la ferme ni construire une maison sur la parcelle en face du cimetière que le maire voulait donner (ou vendre) à mon père. C’est en découvrant Orange que je me suis engagée très fortement dans le secteur associatif car j’ai compris que dans les quartiers urbains, la qualité de vie nécessitait une action résolue. J’ai participé à la transformation d’une halte garderie parentale en une crèche avec une forte implication des parents. Ce projet précurseur de développement local a ensuite débouché sur la création d’un centre social et d’une entreprise d’insertion. Près de 20 ans après leur création, les deux associations (crèche et entreprise d’insertion) sont toujours existantes malgré le terrain défavorable, l’absence de soutien du Maire comme du député de la circonscription. Deux des têtes de listes concurrentes à celles de Michel Vauzelle.

A Marseille, je me suis engagée avec des responsabilités opérationnelles sur les sujets qui me tiennent à coeur :

- Le combat des femmes : j’ai participé à l’équipe de conception et de réalisation du programme « Femmes et développement durable en Méditerranée » ; je milite dans des associations pour le Droit des femmes ;

- l’émergence d’un Islam de France comme responsable de la Commission juridique du Conseil régional du culte musulman Provence Alpes Côté d’Azur et comme membre du bureau de la Mosquée de Marseille ;

- la lutte contre la pauvreté et la précarité comme membre du bureau de l’association Voisins citoyens en Méditerranée qui fait un travail formidable depuis des années aux côtés des plus démunis ;

- l’éducation des enfants par diverses activités pour la mixité sociale, l’éducation au goût et un engagement comme parente d’élèves élue FCPE ;

- la coopération méditerranéenne par la participation à différentes associations de coopération internationale, et tout particulièrement Medcoop, le collectif pour la coopération décentralisée en méditerranée ;

- et, puis aussi, la promotion de la culture méditerranéenne comme fondatrice du centre régional éponyme, passerelle entre les différentes cultures de la Méditerranée.

Alors, vous trouvez que ça fait beaucoup ? Moi aussi parfois car je reste mobilisée par le soutien à de nombreuses personnes dans le besoin ; ceux que j’appelle les blessés de la vie. Tout ça ma fille cadette l’a résumé facilement à l’école pour la sempiternelle question de la profession des parents : « Papa travaille pour les riches, Maman travaille pour les pauvres ». Un bel art de la formule, ma fille.