Pour ne pas ajouter à la confusion, je ne dépose pas de liste sur le 7eme secteur de Marseille, j’appelle à prendre clairement position contre le Front National et à réformer le mode de scrutin

Je ne dépose pas sa liste dans les 13eme et 14èmes arrondissements de Marseille. Pourtant, j’ai  pu constater l’attente des habitants vis-à-vis des propositions formulées avec Alain Trannoy, économiste de renom, que ce soit la lutte contre la pauvreté, la nécessité de réinstaller la République partout à Marseille et surtout donner un avenir à la jeunesse.

“ Dans ces quartiers, les rencontres et réunions que j’ai pu conduire montrent que les habitants des quartiers populaires se sentent abandonnés. Le ballet politique n’est pas de leur goût. Ils regrettent de ne pas être considérés et d’être laissés seuls pour affronter les difficultés de la vie. Les élus ont déserté. ”

Ma candidature était portée par les membres qui ont œuvré au sein du Collectif des Indignés qui s’étaient déjà mobilisés en 2014 contre le système politique actuel marseillais, ainsi que la Fédération de la Diversité de Marseille.

Mais face au spectacle affligeant de mercato entre secteurs, entre listes, le fait que des familles se partagent des rôles et des investitures, “ je ne veux pas ajouter à la confusion. J’ai même refusé les propositions qui m’ont été faites de rejoindre des listes aussi bien sur le 7ème que sur le 8ème secteur. ” Plus généralement, les citoyens, mes soutiens et moi constatons que “ le 13/14 comme les autres quartiers populaires ne peuvent plus rester l’otage des systèmes qui prospèrent avec ce mode de scrutin. Avec le saucissonnage de la Ville de Marseille en 8 secteurs, on voit un grand n’importe quoi s’installer.

Ce sont les citoyens qui en paient le prix. Aussi, ensemble, avec mes soutiens nous avons décidé “ d’appeler coûte que coûte à faire barrage au Front National. ”

Je constate que le mode de scrutin est facteur de ségrégation accrue. Pour que Marseille se relève, il est essentiel que ces élections municipales soient les dernières avec un tel mode de scrutin. “ J’en appelle aux législateurs pour qu’ils changent la Loi. L’élection directe du Maire par les habitants n’est d’ailleurs pas incompatible avec un maintien des Mairies de proximité. J’en appelle aussi au Président de la République pour qu’il prenne conscience du marasme dans lequel est tombé Marseille qui ne peut se relever qu’avec des mesures drastiques en faisant le pari de la jeunesse. ”

Ce combat du changement de mode de scrutin commence le 23 mars 2020.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *